Africa & Science – Afrika & Wissenschaft – Afrique & Science

Nr. 00232- Oct. 2nd, 2018 – Weekly Newspaper devoted to Science & Technology in Africa ** Pour la promotion de l'esprit scientifique en Afrique

La lettre de Monseigneur Victor Tonye Bakot et ses statistiques ethniques

Nous publions ci-après la lettre à problème du Grand Chancelier de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC). Cette lettre contient des données statistiques (qui ne font pas l’unanimité) et accompagnées questions jugées dangereuses par de nombreux analystes de la scène politique camerounaise.

« Comment se fait-il que la seule région de l’Ouest compte près de 60% des étudiants à Ekounou ? Est-ce parce qu’ils embrassent les filières scientifiques et commerciales plus que les autres ? Ou bien est-ce parce qu‘ils bénéficient d’un traitement de faveur ? Ou est-ce parce qu’ils trichent ? Autant de questions que l’on se pose quand observe le poids écrasant des étudiants de l’Ouest ». Telles sont par exemple les questions que le Grand Chancelier pose dans sa lettre adressée au Révérend Père Martin Birba, doyen de la faculté des sciences sociales et de gestion.

Le texte complet de la lettre est disponible au lien suivant: Lettre de son Excellence Mgr Victor Tonye Bakot – Juin 2012

 

 

Comments are currently closed.

One thought on “La lettre de Monseigneur Victor Tonye Bakot et ses statistiques ethniques

  • Ben dit :

    entant que étudiant Bamiléké?je suis vraiment consterné d’une telle réaction de la part d’un prélat. »est ce un crime pour nous autre d’être intelligents? » .Nous ne sommes pas une minorité tribale,ni physique,ni intellectuelle et ni financière. Je pense que Rome et le gouvernement Camerounais doivent réagir sinon on s’achemine là à des situations qui pourront devenir chaotiques dans le futur. La poussée du tribalisme est tellement poussée au Cameroun à telle point que le mérite a céder place au régionalisme sous-entendu « équilibre régionale » qui pour moi n’est qu’une politique qui vas à l’encontre de nous autres Bamilékés. Trop c’est trop.