Africa & Science – Afrika & Wissenschaft – Afrique & Science

Nr. 00211- Apr. 26th, 2017 – Weekly Newspaper devoted to Science & T Pour la promotion de l'esprit scientifique en Afrique

Sud-Soudan: à peine né, déjà en déflagration

Le 9 juillet 2014, le Sud Soudan a célébré les 3 ans de son indépendance. Ce fut dans un contexte politique marqué par une profonde instabilité. C’est le triste sort de tout État africain postcolonial : né pour mourir. Tout comme l’Érythrée qui acquit son indépendance en 1993 après trois décennies de guerre contre l’Éthiopie, la république du Sud Soudan n’a pas longtemps célébré son indépendance. La paix n’aura effectivement duré que le temps des festivités marquant sa séparation du grand Soudan d’Umar Hassan Ahmad al-BASHIR. 3 ans après la célébration de l’accession à l’indépendance et la formation du premier gouvernement, le Sud-Soudan a vite fait de devenir ce qu’il devrait être : un État africain postcolonial normal. Ce fut exactement le même scénario du côté de l’Érythrée. La paix ne dura que 5 années. Car après leur indépendance en 1993, le pays replongea dans une guerre frontalière avec l’Éthiopie en 1998, mettant provisoirement un terme au rêve de nombreux Érythréens qui voyaient dans la souveraineté nationale si durement acquise une porte ouverte sur un avenir de paix et de prospérité.

Pour mieux comprendre les raisons de cette « malédiction » historique qui condamne tout État africain postcolonial à la déflagration, l’on peut se référer avec grand intérêt au livre suivant :

 Comment Comprendre La Crise de L’Etat Postcolonial En Afrique? Un Essai D’Explication Structurelle a Partir Des Cas de L’Angola, Du Congo-Brazzaville

Par M. Leonard Jamfa Chiadjeu (Oct 2005)

Note diplomatique :

Following a successful referendum on independence for the Autonomous Region of Eritrea on 23-25 April 1993, a National Assembly, composed entirely of the People’s Front for Democracy and Justice or PFDJ, was established as a transitional legislature and a Constitutional Commission was established to draft a constitution; ISAIAS Afworki was named president by the transitional legislature; the constitution, ratified in May 1997, did not enter into effect, pending parliamentary and presidential elections; parliamentary elections were scheduled in December 2001 but were postponed indefinitely; currently the PFDJ is the sole legal party and controls all national, regional, and local political offices.

Source: The World Factbook, juillet 2014

Comments are currently closed.