Africa & Science – Afrika & Wissenschaft – Afrique & Science

Nr. 00210- Feb. 28th, 2017 – Weekly Newspaper devoted to Science & T Pour la promotion de l'esprit scientifique en Afrique

Call for papers: The annual Congress of the Humanities and Social Sciences (Canada, 2014)

Flag CanadaFrench version below-La version française suit.

THE CANADIAN ASSOCIATION OF  AFRICAN STUDIES (CAAS)

 CONFERENCE THEME 2014

THE  SOCIAL SCIENCES AND AFRICAN STUDIES: THE FLUIDITY OF  DISCIPLINARY BOUNDARIES IN THE POSTCOLONIAL AGE

 May        28 – 30, 2014

 The  annual Congress of the Humanities and Social Sciences

May 24 -         30, 2014

Brock        University (Niagara Region)

500        Glenridge Ave. | St. Catharines, ON | L2S 3A1

African studies emerged in the 1950s and 1960s as the academic outcome of continental   liberation.  Social science research broke free of the political chains of   colonialism without totally disengaging itself from   colonialism’s legacy, but  African studies entered the picture under the general rubric of  Area Studies,   whereby African countries moved from being the “object” to the   “subject” of   academic discourse.  Other regional specializations were the  Middle East, Asia, Latin America and the Caribbean, and the commonalities of  the ex-colonial world’s experience saw the Canadian Association of African Studies link up with  the others as the Canadian Council of Area Studies Learned Societies, a now  defunct organization which started in the early 1990s with the        advent of  globalization.

If political decolonization gave birth to a new scholarship, the        late 1970s and        1980s witnessed another sea change associated with the term        postcoloniality,        most associated with Edward Said’s attack on Oriental        scholarship which        demonized  “the other”.  A positive impact of what is sometimes        known        as the postmodern, linguistic, or cultural turn, has been a        switch of focus        from political economy and social structure to culture,        discourse, gender and        race.  A negative impact has been the continuing hegemony of        Eurocentrism        in scholarship, publishing and institutional development.  Some        would        argue that Africanist scholarship is as “underdeveloped” in the        post-Cold war        globalized world as African economies were under colonialism and        structural        adjustment.

African        studies is inclusive of many disciplines but is dominated by the        social        sciences; however, since the cultural turn it has incorporated        philosophy,        religion, literature and literary criticism, while the borders        among history,        politics, anthropology and sociology, while not transcended, has        been partly        broached.  African studies now incorporates the Atlantic and        Indian Ocean        worlds, transnational and comparative studies, histoire          croisée,        migration patterns and diasporas.

The conference welcomes reflections on the past, present and future        trajectories of        the social sciences and humanities under the banner African        studies.  How        have the discrete disciplines developed; what have been the        theoretical and        methodological changes that have accompanied postcolonial        studies; how can the        disciplines be better integrated without sacrificing their        rigour and        epistemological foundations; should we be multidisciplinary or        antidisciplinary; how relevant is the academy to the condition        of Africa?

While we        welcome papers specifically addressed to these broad questions,        the        conference will be organized so that most panels are        multidisciplinary,        giving scholars a chance to enter a dialogue with their        colleagues in other        disciplines.  Hence the themes of the conference will be divided        up into        segments of “African Studies” to incorporate several        disciplinary and        multidisciplinary subjects.

 SAMPLE   THEMES    

·                Slave        Studies

·                War,        Conflict and Resistance

·                Human        Rights and Social Justice

·                Religious        Studies

·                Race,        Ethnicity and Gender

·                Migration        and Diasporas

·                African        Studies: Theoretical and Methodological Overviews

·                Customs      and Culture

At   the Congress, CAAS and the Canadian Historical Association (CHA)        will be        sponsoring joint panels to address the themes of the Congress        and CAAS on the        fluidity/rigidity of boundaries.          The        focus of CAAS will be the Social Sciences and the meaning of         “African        Studies”.  We welcome,        therefore, papers        that deal with theoretical and methodological aspects of        multidisciplinarity.   Our        sponsored        panels will be on:

·                Land        and Labour

·                History   and Other Disciplines

Specify        if you wish your panel or paper to be considered under either of        these rubrics.

The deadline for submitting paper proposals and panel proposals is  January 31, 2014.

Please        submit your proposal to: jntakiru@brocku.ca

Information        on registration costs will be coming soon at: http://congress2014.ca/home

The        organizing committee, the Executive Committee of the        association, and all of        its members look forward to welcoming you to Brock University in        St. Catharines        (Niagara Region) in May 2014.

 JOEL        GREGORY PRIZE

At        the Conference, CAAS will announce the winner of the 2014 Joel        Gregory Prize        for the best original monograph in African Studies published in        the calendar        years 2012 and 2013.  Canadian        authors,        or African authors who have studied or have taught (are        teaching) in Canada,        whose books are in the Social Sciences and/or Humanities, may        have their books        nominated for this prize up until the deadline of 15 December        2013.  Please send your        nominations to Chris Youé, cyoue@mun.ca


    **********

 

ASSOCIATION CANADIENNE DES ÉTUDES AFRICAINES   (ACÉA)

 THÈME DE LA CONFÉRENCE:

 FLUIDITÉ  DES FRONTIÈRES DISCIPLINAIRES À L’ÈRE POSTCOLONIALE

Du   28 au 30 mai 2014

Congrès annuel des sciences humaines

24-30 mai 2014

Brock University (Région du  Niagara)

500, Avenue Glenridge | St. Catharines, ON | L2S 3A1

Les études africaines ont émergé        comme champ académique        dans les années 1950 et 1960 à la suite de la libération du joug   colonial. La        recherche en sciences sociales s’est dissociée des liens de la        politique        coloniale sans toutefois véritablement s’émanciper de cet        héritage. Mais les études africaines sont entrées dans le domaine des sciences sociales        comme champ d’étude        à travers lequel les pays africains sont devenus non plus des objets mais désormais        des sujets de        réflexion académique. Le        Moyen-Orient, l’Asie, l’Amérique latine et les Caraïbes sont        devenus des champs        d’études régionales, et des communautés issues de l’ancienne        expérience coloniale        ont vu l’Association des Études Africaines se connecter à        d’autres        organisations comme le Conseil canadien des sociétés savantes        d’études régionales (CCSSER) (Canadian Council of Area          Studies Learned          Societies (CCASLS)), organisation née au début des années        1990 avec l’avènement        de la mondialisation mais désormais obsolète.

Si la décolonisation politique a        donné naissance à un nouveau        champ d’études, la fin des années 1970 et 1980 a en revanche        connu d’autres        changements liés au concept de post colonialisme, très souvent        associé à la        critique d’Edward Said sur l’orientalisme        qui diabolisait l’Autre.        Un impact        positif de ce qui est parfois connu comme le tournant        linguistique, culturel ou        post-moderne, est le passage de l’économie politique et l’étude        des structures        sociales aux réflexions sur la culture, le discours, le genre et        la race. Cela        n’a toutefois pas réduit l’hégémonie continue de l’eurocentrisme        dans le        domaine de la science, dans la publication et dans le        développent        international. Certains pourraient même affirmer que le champ        d’étude africaniste        reste autant « sous-développé » dans l’après Guerre froide ou la        période        de mondialisation que les économies africaines l’étaient sous la        colonisation        et les plans d’ajustement structurel.

Les        études africaines, en tant que        domaine d’étude, incluent plusieurs disciplines mais sont        dominées par les        sciences sociales. Cependant, depuis le tournant culturel, il a        incorporé la philosophie,        la religion, la littérature et la critique littéraire. Tout cela        alors que les        frontières entre l’histoire, la politique, l’anthropologie et la        sociologie,        bien que non dépassées, demeurent tout de même partiellement        fracturées. Les études        africaines intègrent désormais les régions de l’Océan Indien et        de        l’Atlantique, les études comparatives et transnationales,        l’histoire croisée,        aussi bien que les enjeux        migratoires et les diasporas.

La conférence sollicite des        réflexions sur les        trajectoires passées, présentes et futures des lettres et        sciences sociales        sous la bannière des « Études africaines ». Comment a-t-elle        évolué comme        discipline ? Quels ont été les changements théoriques et        méthodologiques        qui ont accompagné les études postcoloniales ? Comment ces        disciplines        peuvent-t-elles être intégrées sans toutefois sacrifier leurs        rigueur et fondements        épistémologiques ? Devrions-nous être multidisciplinaires ou        interdisciplinaires ? Quelle est la pertinence des sciences        humaines, à        leur état actuel, au vu de la situation de l’Afrique ?

Quoique nous sollicitions des        propositions de        communications abordant spécialement des questions d’ordre        général comme celles        indiquées ci-haut, la conférence sera organisée de manière à ce        que la plupart        des ateliers soient multidisciplinaires. Ce format offrira ainsi        aux différents        chercheurs l’opportunité d’engager un dialogue avec des        collègues d’autres horizons        scientifiques. Dans le but varier les approches méthodologiques        et        disciplinaires, les thèmes de la conférence seront donc        subdivisés en différentes        sections des «études africaines ».

AXES POSSIBLES DE RÉFLEXION

·                Études sur l’esclavage

·                Guerres, conflits et résistances

·                Droits humains et justice        sociale

·                Études religieuses

·                Race, ethnicité et genre

·                Diasporas et migrations

·                Études africaines: présentations        théoriques et méthodologiques

·                Travail et questions foncières

·                Cultures, coutumes diverses et        enjeux de la modernité

Lors  de cette rencontre, l’ACÉA et la  Société historique du Canada (SHC) sponsoriseront des ateliers  conjoints en vue d’examiner les thèmes du Congrès et de l’Association sur la fluidité des frontières et des disciplines. Le point focal de l’ACÉA sera les sciences        sociales et la signification des « Études africaines ». Par conséquent, nous invitons à proposer des communications touchant aux aspects méthodologiques et optant        pour des perspectives multidisciplinaires. Nous parrainerons les        ateliers        portant sur :

  • L’histoire et les          autres disciplines
  • Les pratiques          culturelles à travers l’histoire

 Veuillez bien indiquer si vous souhaitez que votre communication soit intégrée dans l’une et/ou  l’autre de ces rubriques.

La        date limite de soumission des propositions des communications et des ateliers est fixée au 31        janvier 2014.

Veuillez soumettre votre proposition à l’adresse  courriel suivante: jntakiru@brocku.ca

Les informations au sujet des frais d’enregistrement seront bientôt disponibles sur le site internet du Congrès: http://congress2014.ca/home

Le Comité d’organisation, le Comité exécutif de l’Association, ainsi que tous ses membres ont hâte de vous accueillir à l’Université  Brock à St. Catharines (région du Niagara) du 24 au 30 mai 2014.

PRIX        JOEL GREGORY

Lors        de la conférence, l’ACÉA annoncera  le gagnant 2014 du prix Joël Gregory pour récompenser la  meilleure monographie   originale des études africaines publiée au cours des années 2012 et 2013. Les auteurs canadiens ou africains qui ont étudié ou enseigné au        Canada, et dont  les livres ou monographies sont en sciences sociales ou en lettres, pourront soumettre leurs livres pour la nomination au prix Joël Gregory jusqu’au 31 décembre  2013. Veuillez envoyer vos propositions à Chris Youé à l’adresse        courriel        suivante : cyoue@mun.ca.

Comments are currently closed.