Africa & Science – Afrika & Wissenschaft – Afrique & Science

Nr. 00211- Apr. 26th, 2017 – Weekly Newspaper devoted to Science & T Pour la promotion de l'esprit scientifique en Afrique

Étude sur la qualité de l’eau dans la ville de Maroua (Extrême-Nord du Cameroun)

Photo-eau potable MarouaEn 2010, la ville de Maroua dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun fut frappée de plein fouet par une épidémie de choléra, la plus sévère des 20 dernières années, avec environ 600 décès sur plus de 9000 cas diagnostiqués. Le choléra est désormais un problème majeur de santé publique dans la région, même si le défi de l’approvisionnement des populations en eau potable se pose avec acuité sur l’ensemble du territoire national.

Pour faire face à cette crise, deux principales mesures ont été adoptées par les pouvoirs publics en vue d’améliorer la qualité de l’eau : (i) l’adduction d’eau potable par le réseau national de distribution et (ii) la mise à la disposition des populations de quelques forages. Cependant, considérant le niveau de paupérisation des populations et le nombre réduit des forages installés, ces mesures seront de portée limitée face à l’ampleur du problème. Dans un article que nous publions ci-après, Nadège GATCHA-BANDJUN, chercheure au département de Chimie de l’Université de Maroua, présente une solution alternative envisageable pour toute région présentant le même profil hydraulique que l’Extrême- nord du Cameroun: L’utilisation des systèmes filtrants à base de fer métallique pour l’approvisionnement en eau. Ces systèmes ont été démontrés moins onéreux, efficaces, nécessaires et utiles pour améliorer la qualité de l’eau pour toute les couches sociales et surtout de manière décentraliser. Il s’agit des filtres domestiques pour les familles individuelles et des stations locales pour des petites communautés (quartiers, villages).

L’article en version pdf: Afrika und Wissenschaft – NS1- September 2013- Par Nadège GATCHA-BANDJUN

Comments are currently closed.